L’ESCALADE, UN SUPER-SPORT QUI A LA COTE

1492 n’est pas uniquement la date de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, c’est aussi l’année de la 1ère escalade répertoriée avec l’ascension du Mont Aiguille dans le massif du Vercors (2 087 mètres). Autrefois appelée varappe, l’escalade est de plus en plus plébiscitée en France : plus de 100 000 licenciés s’y adonnent pour le plaisir ou la compétition, avec une progression moyenne, année après année, d’environ 5 %, depuis dix ans.

LES DIFFÉRENTS TYPES D’ESCALADE

L’escalade consiste à évoluer sur une paroi pour généralement atteindre le sommet à l’aide ou non de matériel. Elle peut se pratiquer aussi bien en extérieur (escalade outdoor) qu’en intérieur (escalade indoor).

L’escalade indoor se pratique sur des parois artificielles et chaque salle possède son propre code couleur en fonction du niveau de difficultés. Des tapis, appelés « crashpad », sont disposés au pied du bloc pour amoindrir les éventuelles chutes.

L’escalade outdoor se pratique sur ce que l’on appelle des SNE : des sites naturels d’escalade.

Il existe 2 types d’escalade selon les méthodes utilisées pour atteindre le sommet d’une voie :

  • L’escalade libre où le grimpeur n’utilise aucune aide hormis sa force et les prises que la nature ou le mur d’escalade lui offre. Le seul matériel utilisé est ce que l’on appelle le matériel d’assurage afin de protéger le grimpeur d’éventuelles chutes.
  • L’escalade artificielle ou du matériel est nécessaire pour effectuer le parcours. Le grimpeur utilise ce que l’on appelle des points d’ancrage (pitons, crochets, coinceurs…) afin d’évoluer en tous sens pour réaliser son ascension.

LES DISCIPLINES ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

Quelque que soit le type d’escalade, de loisirs ou de compétition, il existe 3 disciplines principales :

  • L’escalade de bloc : cette discipline peut être pratiquée en milieu naturel ou en salle sur une faible hauteur (4 mètres environ). Le bloc se pratique sans l’équipement classique d’assurage en escalade, tels la corde, les mousquetons, le baudrier. Le grimpeur doit faire face à des passages de plus en plus difficiles mais sa chute éventuelle est assurée par la présence des tapis au sol. Il existe des blocs avec différents niveaux : de débutant à expert. C’est la discipline à privilégier pour les débutants car elle permet notamment, du fait de sa faible hauteur et des tapis de protection, de vaincre son vertige et d’évoluer sereinement à son rythme tout en maîtrisant ses mouvements. La pratique du bloc peut se faire à tout âge et notamment chez les enfants où ils évolueront sur des murs adaptés à leur niveau.

  • L’escalade de difficulté : le grimpeur doit évoluer le plus haut et le plus vite possible tant en intérieur qu’en extérieur. Il dispose d’un baudrier et est assuré par un autre grimpeur. En compétition, le grimpeur dispose de 6 à 8 minutes pour atteindre le sommet se trouvant à une quinzaine de mètres.
  • L’escalade de vitesse : sur le même principe que l’escalade de difficulté, deux grimpeurs doivent atteindre le sommet (à 15 mètres) le plus rapidement possible sur un mur à deux voies identiques pour chacun.

Ces 3 disciplines seront présentes aux Jeux Olympique de Tokyo de 2020 dans une seule et même discipline, nommée « Le combiné », 20 grimpeurs et 20 grimpeuses s’affronteront aux J.O. de Tokyo 2020 et participeront, durant deux jours, à cette épreuve.

LE MATÉRIEL INDISPENSABLE

Il convient d’adopter le matériel adéquat à la pratique de l’escalade. 3 matériels de base sont indispensables pour la pratique de ce sport :

  • Le port de chaussons d’escalade permettra un meilleur appui et une meilleure adhérence lors de l’ascension
  • L’utilisation de magnésie pour conserver les mains sèches et une meilleure adhérence aux prises
  • Un baudrier adapté à sa morphologie et respectant les certifications de sécurité.

Suivant la discipline choisie, du matériel supplémentaire sera nécessaire comme par exemple un système d’assurage, un casque ou encore une corde !

LES BIENFAITS DE L’ESCALADE

Comme tout sport, l’escalade a aussi ses bienfaits. Elle permet de :

  • Renforcer les muscles
  • Gagner en souplesse
  • Développer l’équilibre
  • Stimuler les fonctions cérébrales en accentuant la concentration par l’analyse des prises
  • Réduire le stress notamment lors de parcours en extérieur
  • Développer la confiance en soi

Durant une séance, tous les muscles du corps vont être sollicités : un bon échauffement est primordial avant de commencer l’ascension pour éviter les blessures ! Il est important de passer en revue chacune des articulations (tête, épaules, coudes, poignets, bassin, genoux et chevilles) en pratiquant des mouvements circulaires. La deuxième partie de l’échauffement sera musculaire, l’objectif étant d’élever la température des fibres intramusculaires. Vous pouvez par exemple utiliser une bande élastique en latex de 2,5 à 3 mètres pour faire vos exercices.

LES RISQUES DE L’ESCALADE

L’escalade est considérée comme un sport extrême. Le fait que l’escalade fasse partie des X Games contribue à lui donner une image de sport à risques. Cependant, parmi les sports liés à la montagne, l’escalade est l’un des moins accidentogènes.

Bien évidemment, comme la plupart des sports, l’escalade présente des risques. Les deux risques principaux sont : la chute du grimpeur ou la chute d’objets.

  • La chute du grimpeur : la chute est fréquente en escalade mais est amortie par la chaîne d’assurage (assureur, corde, baudrier etc.), ce qui permet, la plupart du temps, d’éviter les blessures. Cependant, le risque zéro n’existe pas et des défaillances de cette chaîne d’assurage peut causer une longue chute, une chute violente, voire un retour au sol. Les erreurs humaines sont plus fréquentes que les défaillances du matériel (car les différents matériels sont sujets à de strictes normes).
  • La chute d’objets : rocher instable, bloc de glace, objets lancés en haut des voies par des individus (bien évidemment non conscients du risque)… Ce sont des risques connus dans les sites naturels, c’est pourquoi le port du casque est très recommandé.

LES DIFFÉRENCES ENTRE L’ESCALADE ET L’ALPINISME

L’escalade, activité très prisée en montagne, peut se pratiquer sur n’importe quel type de relief en pleine nature en moyenne comme en haute montagne. Par exemple, dans les Alpes, nous parlons d’escalade lorsque les voies se situent à moins de 2500 mètres d’altitude. Au-delà nous parlons d’alpinisme.

L’alpinisme est une discipline qui se pratique en haute montagne et qui est le plus souvent équipé de matériel précis. Gravir des sommets et randonner sur des glaciers font partie des objectifs principaux de l’alpiniste.

En somme, l’escalade s’est largement démocratisée ces dernières années, auprès de tout type de population, de 7 à 77 ans ! Pratiquée seule ou entre amis, l’escalade est accessible à tous. De nombreux clubs et structures ont vu le jour partout en France. Afin de pratiquer ce sport dans les meilleures conditions, il est important de s’encadrer de professionnels qui sauront vous apprendre les règles de sécurité et les gestes indispensables pour une pratique dans les meilleures conditions. Cerise sur le gâteau, l’escalade se pratique été comme hiver !

Nomen’k distribue ses Barrées aux Céréales dans les salles d’escalade de bloc Arkose pour le plus grand plaisir des grimpeurs ! Venez jeter un œil à la carte de nos points de vente, vous retrouverez les salles Arkose : https://www.nomenk.com/points-de-vente/

Nomen’k est également le partenaire de plusieurs sportifs de haut niveau. Venez les découvrir en intégralité sur notre site et sur nos réseaux sociaux, et n’hésitez pas à découvrir ou redécouvrir les Barrées aux céréales aux bouts d’choco, aux bouts d’pommes et aux bouts d’fraises sur notre boutique en ligne https://www.nomenk.com/e-boutique/

Par Lucie de Saint-Etienne et Sarah Mpokfuri

Share Button